FANDOM


4784-cite-fortifiee-WallFizz

Fière et majestueuse, l'imprenable cité de Domroc, taillée dans la roche à flanc de montagne surplombe la rivière Karth.

Histoire Modifier

Les origines de Domroc se perdent dans la mémoire du temps, mais les érudits s'accordent pour dater les premières fondations au cour du cinquième siècle de l'âge de Sazecor. A l'origine, Domroc aurait été une colonie Gnome qui seraient venu chercher des minerais précieux. Les archives naines des Monts d'Aurée ont gardé traces de la "Guerre de Karth" entre les colonies Naines des Montagnes Brûlées et les Gnomes de la cité de Verêd-Karthatril, au septième siècle de l'âge de Sazecor. La guerre de Karth aurait duré une dizaine d'année, et se serait soldée par la destruction de Verêd-Karthatril et la capture du bastion de la cité. Les Nains des Montagnes Brûlées aurait par la suite colonisé l'endroit, et la cité de Karthôren serait née. Une veine de mithril fut exploité au cour du huitème siècle. Au dixième siècle de Sazecor, la crise d'Atmora amena les populations Gnomes a chercher un nouveau refuge, et la Guerre de Karthôren débuta. Elle dura sept ans et s'acheva par une sanglante victoire des Nains. Epuisés par la guerre, les Nains n'eurent d'autre choix que de quitter Karthôren, les ressources de la mine étant pratiquemment épuisées. Laissée à l'abandon, la cité demeurera une ruine pendant un siècle. Une expédition des nains des Montagnes Brûlées, au cour du premier siècle de l'âge de Vilkras, menée par Thrandòr Lamenclume repris la cité. En l'an 87 du second siècle de Vilkras, une armée Hobgobeline mit le siège devant la cité. Vaincues, les Hobgobelins s'enfuirent et la cité pris son essort véritable. Les cinq premiers murs furent batît autour de la forteresse de Geddon, juste derrière la Grande Crevasse profonde de trois kilomètres. La cité pris véritablement son essor au cour du quatrième siècle, lorsque la chute de la Cité des Neufs Piliers, dans les Montagnes Brûlées, forcèrent des dizaine de milliers de nains à trouver refuge à Karthôren. Mais au huitième siècle, un mal terrible frappa la forteresse, et elle fut envahie par une gigantesque armée d'Hobgobelins venus de cavernes à l'intérieur de la montagne. Complètement submergés, les Hobgobelins conquirent la cité et la détruisirent partiellement. L'endroit devint maudit, et fût laissé aux Hobgobelins pendant quatre siècle. Au second siècle de l'âge de Melkor en son an 40, les hommes d'Andar, menés par Amren, conquirent la cité au cour d'une terrible guerre qui dura sept ans. Les archives Impériales mentionnent la présence d'Amren à divers endroits durant cette période, laissant penser que le siège se fit sans lui une bonne partie du temps. Mais il est certains que en l'an 47 du second siècle de l'Âge de Melkor, Karthôren tomba et fut rebaptisée Domroc. La cité s'épanouie à l'abris des guerres jusqu'en l'an 11 du troisième siècle de Melkor. La ville, de par ses fortifications encore relativement intactes, devint un bastion Andarien important qui sécurisa l'accès à l'empire de part le nord. Les murs furent reconstruits et le sixième fût bâti. On éleva de nouvelles tours et on renforça les nouvelles, on transfera l'ensemble des machineries naines des profondeurs sur les remparts. Afin de se protéger des profondeurs, les hommes détruisirent l'intégralité des halles naines, noyant des siècles d'architecture sous la roche mais sécurisant la surface. Réputée imprenable, au cour du septième siècle de Melkor, de l'an 74 à 96 les Orcs du Hagenn mirent le siège sans jamais traverser le premier mur. Au Premier siècle de l'âge de Benethor, en l'an 8, la ville souffrit un siège de sept ans. Elle le gagna et ne plus jamais réassiégée en 991 ans.

Géographie Modifier

Défenses Modifier

Les Murs Modifier

Domroc est très connue pour ses six murs de défenses, réputés imprenables.

  1. Eldibar, le mur de l'exultation : on y affronte l'ennemi pour la première fois, et on s'aperçoit qu'il n'est qu'un homme. Il mesure 100 mètres de haut et culmine à 900 mètres d'altitude. Il fait un kilomètre de long pour 50 de large.
  2. Musif, le mur de l'angoisse : si on n'a pas réussi à tenir le premier mur, pourquoi réussirait-on à tenir le second ? Il mesure 90 mètres et culmine à 1200 mètres d'altitude, pour 900 mètres de long pour 50 de large.
  3. Kania, le mur du nouvel espoir : il est tenu par les survivants des deux premiers et est moins grand à défendre. Il mesure 85 mètres et culmine à 1500 mètres d'altitude. Il mesure 750 mètres de long pour 60 de large.
  4. Sumitos, le mur du désespoir : on est fatigué, on se bat par instinct, mécaniquement. Il mesure 70 mètres de haut et culmine à 2000 mètres d'altitude. 600 mètres de long pour 70 de large.
  5. Valteri, le mur de la sérénité : on y admet l'inévitabilité de sa mort, et on se serre les coudes pour faire face à l'ennemi. Il mesure 55 mètres et culmine à 2200 mètres d'altitude. 500 de long pour 820 de large.
  6. Geddon, le mur de la mort. 30 mètres de haut, 2487 d'altitude. 300 de long pour 20 de large.

Les Tours Modifier

  1. Eldibar possède 40 tours haute de 60 mètres.
  2. Musif possède 36 tours hautes de 60 mètres.
  3. Kania possède 30 tours hautes de 60 mètres.
  4. Sumitos possède 24 tours haute de 60 mètres.
  5. Valteri possède 20 tours haute de 60 mètres.
  6. Geddon ne possède aucunes tours mais un bastion haut de 120 mètres.

Economie Modifier

L'économie de Domroc repose en grande partie des mines de fer, d'or et des grandes forges de la cité.

Personnages notables Modifier

Boutiques et échoppes Modifier

L'armurerie "Sangneuf et Cie" tenue par Boldrick Sangneuf et son fils Rufus Sangneuf.

L'apothicairerie "Bazar de Carmélus" tenue par Carmélus Averan et sa femme Léora Averan.

Tavernes Modifier

Taverne du "Trou à rat" tenue par le demi-elfe Draej.

Taverne du "Chat qui Fume", tenue par l'humain Erik Larsson